Menuhin et Iyengar : une symphonie entre la musique et le yoga

Dans l’univers du yoga, les influences peuvent émerger des endroits les plus inattendus. Un exemple particulièrement frappant en est la relation entre Yehudi Menuhin, le célèbre virtuose du violon, et BKS Iyengar, maître yogi indien. Cette alliance a profondément enrichi la vie et l’art de Menuhin tout en aidant Iyengar à promouvoir le Yoga en Occident.

La rencontre qui changea tout

Au début des années 1950, le célèbre violoniste Yehudi Menuhin souffrait de nombreux maux : douleurs articulaires et musculaires liées à la pratique intense du violon, ainsi que fatigue nerveuse, insomnies, incapacité à se détendre… On dirait peut-être aujourd’hui qu’il était au bord du burn-out et lui-même se décrivait à l’époque comme « à bout de souffle ». Tout changea lorsqu’il fit la rencontre de BKS Iyengar lors d’une tournée en Inde en 1952. Intrigué par les bienfaits du yoga que lui vantait son ami et philosophe Jiddu Krishnamurti, Menuhin décida de rencontrer Iyengar pour explorer cette pratique millénaire.

Une amitié fondée sur la compréhension mutuelle

Dès leur première rencontre, une compréhension mutuelle s’établit entre Menuhin et Iyengar. Le musicien en quête d’équilibre et le yogi expert partageaient une vision commune de l’importance de l’harmonie intérieure dans la vie quotidienne. Cette amitié de presque 50 ans dura jusqu’en 1999, année de la mort de Yehudi Menuhin. Elle transcenda les barrières culturelles et artistiques. Elle démontra également comment la musique et le yoga, bien que différents dans leur expression, convergent vers un objectif commun d’harmonie et d’épanouissement.

Menuhin et Iyengar : des échanges profonds

Menuhin, avide d’approfondir sa compréhension du yoga, commença à prendre des leçons régulières avec Iyengar. Ce partenariat créatif permit des échanges profonds entre la musique et le yoga. Les deux maîtres trouvèrent des parallèles entre la discipline rigoureuse du violon et les asanas exigeants du yoga.
Plus largement, Yehudi Menuhin était convaincu des bienfaits du Yoga dans sa vie en général. « Le yoga est une technique idéale pour prévenir les maladies physiques et mentales et protéger le corps en général en développant une sensation inébranlable d’assurance et de sûreté de soi. Par sa nature même, le yoga est inextricablement lié aux lois universelles, pour permettre une respiration calme dans la paix de l’esprit et la fermeté de la volonté. Par sa nature même, il est à chaque instant un acte vivant. », écrivait-il ainsi dans son autobiographie.

La musique comme Yoga, le Yoga comme musique

Menuhin, dans ses mémoires (Voyage inachevé : Autobiographie), a souvent parlé de la manière dont les enseignements d’Iyengar influencèrent sa pratique musicale. En effet, les postures de yoga l’aidèrent à renforcer sa posture, à libérer les tensions et à améliorer sa concentration sur scène. En 1982, à l’âge de 66 ans, il alla même jusqu’à diriger, en posture sur la tête et avec les pieds, l’Orchestre Philharmonique de Berlin pour l’ouverture de la cinquième symphonie de Beethoven !

De son côté, Iyengar a été inspiré par la discipline mentale et la concentration que la pratique musicale exigeait. « Le yoga est comme la musique : le rythme du corps, la mélodie de l’esprit et l’harmonie de l’âme créent la symphonie de la vie » disait BKS Iyengar.

L’impact sur la popularisation du Yoga

La collaboration entre Menuhin et Iyengar a joué un rôle crucial dans la popularisation du yoga dans le monde occidental. En 1954, Yehudi Menuhin invita Iyengar à voyager en Europe pour rester avec lui et lui apprendre le yoga. Iyengar accepta l’invitation de Menuhin et effectua sa première visite en Europe. C’est avec les encouragements de Menuhin qu’Iyengar commença son travail pour faire découvrir à l’Occident l’art du yoga. A la fin de ce premier voyage, Menuhin offrit à son professeur de yoga une montre avec une inscription au dos : « À mon meilleur professeur de violon, BKS Iyengar ».

Plus tard, les deux hommes organisèrent des classes, des ateliers, et travaillèrent ensemble sur des projets visant à intégrer le yoga dans la vie quotidienne.


Conclusion : une symphonie éternelle

En conclusion, l’alliance entre Yehudi Menuhin et BKS Iyengar a créé une symphonie éternelle entre la musique et le yoga. Leur partenariat créatif a enrichi la vie de Menuhin sur scène et en dehors, tout en contribuant à la diffusion du yoga à une échelle mondiale. Cette histoire inspirante nous rappelle que, même dans des domaines apparemment disparates, la recherche de l’harmonie intérieure peut tisser des liens profonds et créer une mélodie de vie riche et équilibrée.

Vous voulez connaître l’histoire d’une autre Yogin ? Je vous conseille d’aller lire celui d’Indra Devi, première yogini d’Occident !

Recevez notre Newsletter

Recevez notre Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir chaque mois les actualités de Béré Yoga.

Merci pour votre inscription !

Pin It on Pinterest